VMC double flux

La VMC double flux

La fonction première d’une VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) double flux est la même que pour la simple flux, assainir l’air intérieur d’un bâtiment en le renouvelant.

Voyons maintenant en détail ce qui différencie les VMC simple des double flux, et comment optimiser votre installation et gagner encore quelques degrés d’économies, en couplant votre VMC à un puits canadien.

Plus de grilles d’arrivée d’air frais aux fenêtres et aux portes !

VMC DF

C’est votre groupe de ventilation qui viendra aspirer l’air extérieur à insuffler dans votre logement, récupérant au passage une bonne partie des calories présentes dans l’air vicié (pollué et humide) qui est chassé

A aucun moment l’air frais et l’air vicié ne sont mélangés. Ils passent par un échangeur de calories. Le principe est le même qu’un radiateur de voiture ou de ceux situés à l’arrière des réfrigérateurs ou congélateurs.
Dans le cas des radiateurs, il s’agit d’échangeurs air/eau. Le liquide de refroidissement d’un véhicule passe en circuit fermé dans les parois du moteur et absorbe ses calories. Le liquide passe ensuite entre dans fines lames du radiateur, qui échangera ses calories avec l’air passant entre les lames.

Les groupes doubles flux sont eux des échangeurs air/air. L’air chaud évacué passe comme dans le cas d’un radiateur entre de fines lames creuses dans lesquelles passera l’air soufflé dans le logement

Environ 60 % des calories sont ainsi récupérées et réinjectées dans le logement. Les gains en économies de chauffage sont estimés à 15 % par rapport aux VMC simple flux classiques, et de 8 % si vous êtes en hygroréglable.

En contre partie, il vous faudra payer plus cher le groupe et créer un second réseau de ventilation pour les arrivés d’air. De plus, les gaines utilisées devront être isolées, contrairement aux VMC classiques.

VMC double flux couplées à un puits canadien

Voici une manière de rendre encore plus avantageux votre passage au double flux. Plutôt que de prendre l’air extérieur à température ambiante, pourquoi ne pas le faire parvenir lui-même déjà préchauffé ?

Le principe du puits canadien est de profiter de la température constante du sol (12 à 15 °C) en y faisant passer de l’air qui, en hiver permettra de chauffer l’air importé, et en été de le rafraîchir.

Le puis canadien est composé d’un tuyau enterré à environ 2 m de profondeur, et d’une longueur minimale conseillée de 25 m. Le conduit devra ressortir à environ 1 mètre du sol afin de limiter l’entrée d’impuretés, et de veiller à ce qu’il soit suffisamment éloigné de toute source de pollution comme la route.

Laisser un commentaire